Esclave2000

Publié le par Polako

C'est dit, c'est écrit
Pourtant Iqbal Massih
Ne l'a pas vécu ainsi.
Vendu à l'âge de 4 ans
Par ses parents
Au Pakistan

(-Assassin-)

     Iqbal Masih, né en 1983 et mort le 16 avril 1995, était un jeune Pakistanais devenu une figure de la lutte contre l’esclavage moderne.

À l’âge de 4 ans, il est vendu par ses parents pour travailler dans une fabrique de briques, puis dans un atelier de tisserand. Eshan Ullah Kahn, président du Front de libération contre le travail forcé des enfants au Pakistan, l’aide à quitter la servitude. À partir de ses dix ans, Iqbal lutte contre l’esclavage moderne. Il est assassiné à l’âge de douze ans, le 16 avril 1995.

Un collectif Iqbal-Masih a été fondé, qui œuvre à travers son acte fondateur, l’Appel d’Épinal, à faire connaître et appliquer la Convention internationale des droits de l'enfant.

 

     Né au Pakistan en 1983, le petit Iqbal n'a que quatre ans lorsqu'il commence à travailler dans une fabrique de tapis. Sa famille, très pauvre, doit emprunter de l'argent (chez un usurier, à un taux d'intérêt élevé), pour payer les médicaments de sa mère, acheter la nourriture et payer le mariage de ses frères. La dette ne cesse d'augmenter et Iqbal est donc placé chez un fabricant de tapis pour aider sa famille à rembourser et où il se lève à quatre heures du matin et travaille enchaîné pendant douze heures d’affilée. La servitude pour dette est un système de remboursement répandu dans ce pays. Des parents endettés cèdent souvent leurs enfants moyennant un peu d’argent et c'est ainsi le travail de l'enfant qui rembourse la dette. Mais l'employeur retient sur le salaire de l'enfant des frais de nourriture, de logement et les amendes infligées en cas de faute. La dette ne peut donc en fait jamais être remboursée : l'enfant reste l'esclave de son employeur.

Un jour qu'il est âgé de neuf ans, Iqbal et ses camarades de misère sortent en cachette de l'usine de tapis pour assister à une fête organisée à l’occasion de la journée de la Libération. Durant cette fête, il rencontre un avocat, président d'une association : le « Front pour la libération des enfants en situation de travail forcé » (BLLF). Grâce à cet avocat, Iqbal peut enfin aller à l'école. Il apprend à lire et à écrire et s'amuse avec ses camarades de classe. Avec sa maîtresse d'école, il rend visite aux parents qui ne permettent pas à leurs enfants d'aller à l'école, témoigne de son expérience, et incite les parents à envoyer leurs enfants à l’école. « N'achetez pas le sang des enfants ! » C'est le cri que pousse Iqbal et qui va bouleverser les consciences. En 1994, Iqbal reçoit une importante somme d'argent du prix Reebook pour la jeunesse en action. Iqbal veut étudier le droit et construire une école pour les enfants esclaves. Sous la pression internationale, le gouvernement pakistanais a fermé plusieurs dizaines de fabriques de tapis où travaillaient des enfants dans des conditions d’esclavage.

Devenu le porte-parole du BLLF, Iqbal voyage en Europe et aux Etats-Unis pour lutter contre le travail des enfants. Il n'a plus peur de son patron et se rend à l'école de son village. Mais, soudain, le 15 avril 1995, Iqbal est assassiné alors qu'il faisait du vélo avec deux amis dans son village. L’histoire d’Iqbal Masih est donc celle de la mort tragique et injuste d'un jeune activiste de douze ans qui voulait être libre et libérer tous ses camarades du travail forcé que subissent des milliers d'enfants dans le monde. Après la mort d'Iqbal, de nombreuses firmes américaines telles que Nike, Adidas, Reebook et Puma ont fait pression sur leur sous-traitants pakistanais pour tenter d'éliminer le travail des enfants. Aujourd'hui, de nombreuses organisations dans le monde poursuivent la lutte d'Iqbal Masih pour que, partout dans le monde, les enfants aient le droit à l'éducation et à une vraie vie d'enfant.

     En l’honneur de ce jeune martyr et héros des droits de l’enfant, le collège Iqbal-Masih de La Plaine-Saint-Denis, qui a ouvert en 1998, a pris son nom.

Extrait de http://fr.wikipedia.org/wiki/Iqbal_Massih

 

Même la justice française reste aveuglée
Vas-y ressors du tiroir le dossier de Véronique Akobé!
L'esclavage moderne n'est pas reconnu par l'UNICEF!

(-Assassin-)

     Véronique Akobé, jeune ivoirienne employée de maison, violée à plusieurs reprises par le fils de son employeur et son employeur, a été condamnée à 20 ans d’emprisonnement par la Cour d’assises des Alpes-Maritimes, le 30 janvier 1990, pour l’assassinat et la tentative d’assassinat perpétrés sur la personne de ses violeurs. Les crimes de viols n’ont pas été reconnus par la justice ; ils n’ont d’ailleurs pas fait l’objet d’une enquête approfondie.

Devant la mobilisation nationale et internationale en faveur de Sarah Balabagan, l’AVFT a lancé, avec l’accord de V. Akobé, une campagne pour obtenir sa grâce sans expulsion du territoire français.

Commencée le 30 octobre 1995, elle s’est achevée par un succès lorsque le Président Jacques Chirac a gracié V. Akobé, le 3 juillet 1996.

Véronique Akobé a été emprisonnée 9 années. Cette campagne n’aurait pu aboutir sans le soutien des 70 000 personnes et 170 associations, partis et organes de presse qui ont signé la pétition et diffusé nos informations et appels.

Des communiqués de presse ont ponctué les différentes phases de ce combat :

Justice pour Sarah Balabagan, justice pour Véronique Akobé
Déclaration de l’Association Européenne contre les violences faites aux femmes au travail, envoyée à l’AFP le 30 octobre 1995.

Une conférence de presse fut organisée le 3 mai 1996 sous le titre : « Véronique Akobé : les preuves d’une injustice ». Nous rendions compte de notre analyse du dossier pénal, fruit de dix jours d’un travail collectif et intensif, à l’issue duquel l’ignominie de ce procès était établie.

Extrait de http://www.avft.org/article.php?id_article=281


Donc à mon tour je m'implique
Comme Dominique Torres
Respect à cette sœur grâce à laquelle on progresse !
On veut que tous les esclaves redeviennent des princes et des princesses
Et pour ça il ne faut pas faire preuve de faiblesse !

(-Assassin-)


     "Esclaves", que reflète ce mot pour tout un chacun ? A quoi pense-t-on ? L'image qui vient à l'esprit, c'est un homme de couleur noire, enchaîné. Oui, mais, il y a longtemps ! En effet, il y a plus de 150 ans, le 27 avril 1848, qu'un décret a aboli définitivement l'esclavage dans toutes les colonies et les possessions françaises, et ce grâce à Victor Shoelcher. Le terme "esclavage", le délit d'esclavage, n'existe plus dans la loi. Et pourtant... ! De plus en plus, ce mot revient à nos oreilles, on commence à le lire dans les journaux, les médias lèvent le coin du voile sur ce sujet incroyable ! L'un des pires fléaux qui existe. 200 millions d'esclaves aujourd'hui (estimé par l'ONU), 200 millions d'individus "sur lesquels s'exercent les attributs du droit de propriété ou certains d'entre eux".

- Dominique Torrès, extrait de http://www.fraternet.com/magazine/loi2909.htm

el_PoLaKo

Publié dans Assassin - Rap

Commenter cet article

INES 07/03/2008 18:00

Cette description de cet enfant ma beaucoup touchée comme celle de ces 200 à 250 millions de  prisoniners de ce kao infernale .Je n ' ai que 13 ans et pourtant je pense à mon avenir proche : celle de consacrer toute ma vie à sauver des milions de personnes de la pauvrté et de la misère , l ' esclavage et toutes ces formes d ' injustices que subisssent des milliards de personnes .Je ne suis pas naϨve je sais très bien que la plupart des êtres humains ( le plus souvent cruels ) ne voient que le bout de leur nez  et pas plus loin  mais tout au fond de mon coeur je crois à cette étincelle qui prendra de plus en plus d ' empleur si les gens se décidés de ce bougés un peu plus .Bien à vous ; INES 

nade75 29/03/2007 16:07

Quand on croit déjà en soi-même, n'est-ce pas déjà une faiblesse? Quand seuls les députés et autres représentants du peuple mentent délibérément, j'ai beau avoir testé l'heure "crachent-testent", même si on ne peut revenir en arrière, à part l'abnégation et cette putain d'électricité, y a rien à faire Polako, nos paires sont des gangsters. Et pourtant il faut bien se chausser. Durement, le combat continue.
 
 
 
(T9Q)

Polako 23/03/2007 22:05

Comment etre sur de ne pas faire preuve de faiblesse? En croyant en soi même que tout est possible!

nade75 18/03/2007 07:05

Question el_PolaKo, comment ne pas faire preuve de faiblesse?
(caractère: EXN) 

Nade75 18/03/2007 05:11

Je suis content de voir ces paroles tentées d'être analysées. C'est tellement complexe en vérité. Ces histoires d'ondes.